Les pieds sur terre

Les pieds sur terre

Le combo diabolique heures sup + pression + stress résume, je pense, assez bien mes dernières semaines. J'étais aspirée par cette routine métro-boulot-dodo qui te fait te demander dans une rame de métro à 21h après quoi tu cours et pourquoi tu deviendrais pas tout simplement vendeuse de glaces sur une plage à Bali ? Et comme je suis incapable d'enfiler mon bonnet de nuit à 22h, j'étais en mode zombie ou pilote automatique, au choix. Et un zombie, comme le sait tout un chacun, ce n'est ni joli ni sympathique.

Il y a trois semaines, j'avais décidé d'aller passer un week-end chez mes grand-parents pour passer du temps avec eux et prendre soin de ma grand-mère qui s'est récemment fait opérer. Et puis finalement, je ne sais plus trop qui a pris soin de qui...

PRENDRE LE TEMPS

Mes grand-parents ont un immense jardin dans lequel ils sèment, arrosent, cueillent, bêchent tous les jours. Ils élèvent également des poules, des lapins, des faisans,...Ils vivent avec les saisons et avec les aléas climatiques. Bref, ils ont ce rapport incroyable à la nature qui vous force à repenser vos priorités et votre rapport au temps.

Non dans leur monde, on ne peut pas manger de framboise au mois de janvier ni de choux au mois d'août. Il y a un temps pour tout et l'on doit vivre avec ce que la nature accepte de nous donner. Dans le métro, tout le monde court. Au travail, il faut toujours faire plus et plus vite. Chez mes grand-parents, un citron met 9 mois à pousser, que l'on soit pressé ou pas (sans mauvais jeu de mot), c'est pareil.

Je connais certaines personnes qui ont eu cette « révélation » lors d'un voyage, souvent en Afrique, sur la nécessité de prendre son temps et d'accepter la nature comme elle est...moi, je n'ai qu'à faire quelques centaines de kilomètres pour me mettre au vert et remettre un peu d'ordre dans ma vie.

LESS IS MORE

Mes grands-parents ont vécu très simplement et n'ont pas toujours eu le confort qu'ils ont aujourd'hui. Aujourd'hui, ils ont une machine à laver, un lave-vaisselle, une télévision, une voiture, une douche (et oui à la campagne et même dans beaucoup d'appartements parisiens il n'y en avait pas jusque dans les années 50-60) et ils sont bien contents que tous ces progrès aient été faits. Par contre ils ont les mêmes meubles depuis 20 ans et ils sont très heureux comme ça. Je me connais, je ne serai pas capable de garder mon intérieur à l'identique pendant autant de temps mais je trouve ça inspirant...as-t-on vraiment besoin de tout ce qu'on achète ? Je m'en suis encore plus rendu compte lors de notre déménagement. On accumule tellement de choses ! J'ai donné tout ce que je n'utilisais plus et croyez moi c'est libérateur de n'être entouré que des choses dont on a besoin et qu'on aime vraiment.

PRENDRE DU RECUL 

Chaque fois que je vais chez mes grand-parents ou que je voyage, bref que je change radicalement d'univers, je déstresse. Pourquoi ? Parce que ce qui semblait primordial, urgent et stressant prend une toute autre perspective. Au travail ou dans les études, on est parfois tellement dans son monde qu'on a tendance à se transformer en cocotte minute prête à exploser. Et puis on change d'univers et on se rend compte que non cette erreur faite sur un dossier ou cet examen raté n’entraînera pas la fin du monde. Parce que oui, quand vous racontez tout ça à votre grand-mère, elle vous écoute poliment et puis elle vous raconte que cette année elle aura vraiment beaucoup de citrons et de poireaux. Et ça vous fait sourire parce que ça vous fait voir le monde autrement.

Et vous, quel est l'endroit où vous vous ressourcez ?

Ajouter un commentaire

Bienvenue sur mon blog ! Passionnée de création et toujours curieuse de tester de nouveaux DIY, je vous invite à découvrir mes tutoriels.